Les bienfaits du rire

Le rire fait partie intégrante du comportement humain, des blagues entre amis aux spectacles de stand-up en passant par les clowns. Neuropsychologue, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et autrice de l’ouvrage “Dans le cerveau de…”, paru aux éditions Les Presses de la Cité, Sylvie Chokron nous aide à comprendre ce que le rire apporte à notre vie sociale, notre santé et notre bien-être.

Temps de lecture : 5 min

à propos du contributeur

so press
Rédaction SoPress

Avec SoPress, la Macif a pour ambition de raconter le quotidien sans filtre.

Qu'est-ce que le rire ?

Sylvie Chokron : Le cerveau est un organe qui fait tout le temps des prédictions, il possède un réseau d'aires cérébrales, situées en partie dans le lobe frontal, qui analysent ce qui se passe et peuvent détecter une incongruité par rapport à ce qui était anticipé. Et quand le cerveau reçoit une réponse qu'il n’avait pas prédite, il y a alors quatre possibilités : soit ça n'a absolument aucun intérêt et vous n’y donnerez sans doute pas suite, soit vous êtes surpris et vous cherchez à en savoir plus, soit c'est dangereux et il va falloir s'adapter, soit ce n'est pas dangereux et c'est même drôle. Le rire vient donc d'une réaction de surprise, c'est un point de départ très cognitif, c’est-à-dire mettant en jeu les connaissances et une analyse de la situation, lorsqu’il n’y a pas de danger de situation de danger vient l’activation des régions qui déclenchent les contractions musculaires, et donc, le rire. D’ailleurs, c’est pour cela que les bébés, dès leurs premiers mois d’existence, rient généralement beaucoup, lorsque, par exemple, leurs parents se cachent derrière un objet et réapparaissent.

Est-ce que le rire a un impact sur nos rapports sociaux ?

S. C. : Lorsque vous voyez quelqu'un rire, vous allez rire par un processus de contagion émotionnelle. Pour une même scène, on rit beaucoup moins seul qu’au milieu d’autres personnes. Le rire est une composante d'interaction sociale, c'est la communication de votre état, de votre surprise, l’expression de votre réaction que vous communiquez aux autres. Quand vous êtes seul, si vous prenez du plaisir et que quelque chose vous amuse, vous n'exprimez généralement pas le rire de manière sonore et physique. En revanche, quand vous riez en compagnie d’autres gens, cela libère de l'ocytocine, l'hormone des relations et de l'attachement. A chaque fois que nous nous permettons de rire, plus cela resserre nos liens sociaux.

Le rire a-t-il une influence sur notre santé ?

S. C. : Le rire procure du bien-être, parce qu’il fait suite à une émotion positive et non négative. Il libère des endorphines qui sont des anti-douleurs naturels, si vous avez mal quelque part, rire va détourner votre attention de la douleur et vous apporter un bien-être à la fois physique et moral. Comme il met en jeu la respiration, il est par ailleurs très bon pour le système cardiovasculaire. Il faut savoir que rire active plus de quatre cents muscles depuis les abdominaux jusqu’à ceux du visage, un bon fou rire, c'est comme une séance de sport. Rire va aussi libérer des hormones du plaisir et du bonheur : de la sérotonine et de la dopamine. Il permet d'évacuer les tensions. D’ailleurs, les enseignants le savent bien, en cours, si vous faîtes rire les élèves, cela va détendre l’atmosphère générale et leur permettre de mieux concentrer leur attention sur ce que vous êtes en train de dire. Lorsqu’un professeur réussit à placer une petite blague dans son cours, les étudiants se souviennent mieux de la leçon.

Que peut-on faire pour exercer notre rire ?

S. C. : Il faut se donner les moyens de rire, comme regarder des films drôles, aller à des spectacles d'humoristes, se faire des blagues entre amis. Pour l’écriture de mon livre, j’ai par exemple rencontré Julie Mamou Mani, “Mamouz” sur Instagram, que plus de 230 000 personnes suivent pour avoir leur dose de rire. Au départ, elle était journaliste, elle travaillait dans des rédactions très sérieuses et c’est pendant le confinement qu’elle a commencé à envoyer des mèmes [élément humoristique et viral sur internet. NDLR .] et des blagues, elle s'est rendu compte que les gens lui en demandaient de plus en plus. Il y a une multitude de manières pour déclencher le rire, mais l'autodérision est une des plus grandes sources de blagues, il faut en être conscient et se l'autoriser. Le rire, c’est vraiment précieux, il nous permet d'être de bonne humeur, d'apprendre, de mémoriser plus facilement. Dès le plus jeune âge, un enfant qui rit pendant qu'il apprend une nouvelle information aura plus de chances de la retenir, les émotions positives comme le rire vont mobiliser l'attention et ainsi, permettre une meilleure consolidation des souvenirs. Nous devons arrêter d'opposer le rire aux choses sérieuses et cesser d’imaginer que nous sommes plus efficaces dans notre capacité d’apprentissage lorsque l’on ne rit pas, parce que c'est complètement faux.

Il existe aussi le yoga du rire, des ateliers de groupe où on simule un rire, à quoi sert ce genre d’activité ?

S. C. : À la différence du rire sincère, c’est-à-dire le rire qui vient spontanément quand vous trouvez quelque chose de drôle et qui vous procure une sensation de plaisir intellectuel en plus des réactions physiques, le yoga du rire va surtout vous apporter un bienfait physique, mais sans forcément l'aspect spirituel.

Nous avons aussi séléctionné pour vous

Thématiques associées : Bien-être

Article suivant